Accueil Régates Comptes-rendus Les "100 milles Coupe de la Ville de Gruissan"
Mai
27
2010
Les "100 milles Coupe de la Ville de Gruissan" PDF Imprimer Envoyer

les « 100 milles » Coupe de la ville de Gruissan ou l’Odyssée privée de vent

Il est des signes qui ne trompent pas. Depuis deux jours, comme les prévisions le laissaient penser, les vents faiblissaient, tramontane ou marin rentraient doucement au bercail, la mer lissait ses vagues et rangeait son écume. Et si ce bienheureux bain de soleil tranquille de ce long week-end réjouissait les familles, les mines des plaisanciers inscrits à ces « 100 milles, Coupe de la Ville de Gruissan » s’allongeaient, les discours se désolaient, les regrets d’un vent soutenu viraient à l’obsession monomaniaque.

Les plus hellénisants des plaisanciers cherchaient auprès des dieux des 4 vents Borée, Zephir, Euros ou Notos un peu de compassion, espérant secrètement qu’ils allaient se réveiller : n’importe lequel aurait fait l’affaire. Ils eurent beau en appeler à Eole, le maître des vents, en lui apportant en offrandes voiles, spis et gennakers tous plus sophistiqués les uns que les autres. Le Maître fut intraitable. D’autres se retournèrent vers la Science : Galilée, Torricelli, Coriolis ou Buy-Ballot furent appelés en renfort pour guider les stratégies de course à base de calcul de brises et d’utilisation de courants. Rien n’y fit.

Alors quand les dieux manquent à l’appel et que le science n’ajoute que des nombres à ce que la sensibilité connait bien, il ne reste plus que le destin pour boussole, le hasard pour espoir et la patience pour viatique (certains, plus prosaïques, ajoutent apéritifs anisés, saucissons et pâtés, pain de campagne, petits salés et blanquette de veau préparées par des mains féminines, risotto parfumé aux trois couleurs, houblon fermenté, rosé de la cave ou rouge tannique).

Ce fut le lot des 23 équipages de cette régate comptant pour la ligue de Languedoc Roussillon en ce week-end de Pentecôte. 23 équipages venant aussi bien de Gruissan que du Yacht Club de Leucate, le Centre Nautique de Narbonne plage, du Club de voile de l’Orb (34) de l’US Carmaux (81) ou du CN Viry Chatillon (91. Un parcours écourté qui les menera de Gruissan à la bouée d’atterrissage de Sète, quelques milles au large du Cimetière marin (ou du Cimetière Py pour les amoureux de Georges) puis retour vers Gruissan délaissant le houlographe de Leucate pour cause de calmes.

Le Comité de course avait tracé ce parcours qui ne fera que 63 miles (environ 115 kilomètres), soit vingt quatre heures de mer à 2,6 nœuds de moyenne (environ 4,7 kilomètres/heure).

 

Après un départ correct mais lent où se cherchent les options (direct vers Sète ou plus près de la côte avec le spi) les écarts se creusent doucement, les lièvres délaissent les tortues.Place à la longue distance. Et place aux appels à la VHF signalant les passages aux marques du parcours. Place à la concentration aux écoutes (cordages servant à manier les voiles). Place à quelques Ulysse, mal enchaînés aux mâts qui se laissent attendrir par le chant des sirènes de l’abandon. Place aux imprécations quand vient la nuit, devant cette « pétole » qui lie les coques et les hommes aux caprices des courants. Place au brouillard qui fait dégouliner les voiles et les ponts d’une eau froide et insidieuse, dissout la côte et, dans le silence noir transforme chaque grincement en gémissement exhalé d’un fantomatique « Hollandais volant », fantôme rendu responsable de ce bateau ingouvernable. Place à ces « quarts » qui se prennent au petit bonheur la fatigue, à ces bobos qui marquent têtes, bras et jambes, au bol de café du matin et aux brioches qu’on sort du sac. Place aux aléas de ce vent incertain, oscillant de la mer à la terre en un lent tango. Place aux espoirs de risée quand le soleil se lève enfin et ravive les ombres. Place après plus de vingt heures, aux 10 bateaux les plus véloces qui, enfin en vue de l’arrivée, se regroupent et dessinent un horizon de bulles multicolores pour le passage, disputé de quelques secondes parfois, d’une ligne d’arrivée tracée devant la sortie du port. Place pour les plus lents à l’orgueil de tenir, au chronomètre qui tourne inexorablement, au classement qui s’égrène, à la ligne qui se ferme mais qui ne décourage pas ceux qui ne seront pas classés.

Mise à jour le Samedi, 09 Avril 2011 19:02
 

Les événements

Samedi 24 Novembre
Assemblée Générale du GYC
Dimanche 11 Novembre
Challenge du GYC course 5
Dimanche 28 Octobre
Challenge du GYC course 6
Dimanche 14 Octobre
Trophée de l'Aude, 50 milles (régate en double)
Dimanche 30 Septembre
Challenge du GYC course 4
Jeudi 13 Septembre
départ de la croisière d'automne
Dimanche 09 Septembre
1 Femme, 1 Homme, 1 Voilier

Dernières Annonces

logo de la ville de Gruissan
Logo de la Fédération Française de Voile
Logo de Gruissan l'esprit du Sud